Blog

Répression des Homosexuels en Tchétchénie

En Tchétchénie, la police emprisonne en dehors de tout cadre légal des hommes homosexuels. Selon Elena Milashina, la journaliste à l’origine de ces révélations, une centaine d’entre eux seraient détenus et torturés depuis février, et au moins trois auraient été tués.
Le 1er avril 2017, le journal Novaïa Gazeta, dernier bastion de l’opposition médiatique en Russie, publiait une enquête révélant l’arrestation d’homosexuels et la mort de trois d’entre eux en Tchétchénie, république de la Fédération russe. Le journal indépendant, qui compte parmi ses actionnaires le milliardiaire et opposant à Vladimir Poutine Alexandre Lebedev, rapporte que plus d’une centaine d’hommes, âgés de 16 à 50 ans, sont détenus de façon irrégulière non loin de Grozny, la capitale tchétchène. Les autorités parlent alors de « ragots », de « calomnies » et de « poisson d’avril ». Pourtant, trois jours plus tard, Novaïa Gazeta publie un nouvel article rassemblant les témoignages, étayés de photographies, de plusieurs homosexuels corroborant l’enquête du journal.
Existe-t-il en Tchétchénie des « camps de concentration » destinés aux homosexuels, voire des « camps de la mort » , comme l’ont écrit certains médias reprenant Novaïa Gazeta ? La journaliste auteure des deux articles, Elena Milashina, a accepté de répondre à nos questions pour dissiper le brouillard qui entoure ses révélations. Spécialisée dans l’investigation autour des droits de l’Homme, elle prolonge en Tchétchénie le travail de son ancienne collègue Anna Politkovskaïa, assassinée le 7 octobre 2006, comme cinq autres journalistes de Novaïa Gazeta depuis 2000.
Beaucoup d’informations déformées ou erronées circulent dans les médias internationaux depuis la publication de votre enquête. Qu’avez-vous concrètement découvert ?
Nous savons que depuis la fin du mois de février, plusieurs centaines d’hommes homosexuels ont été arrêtés, torturés et incarcérés par les forces de l’ordre tchétchènes. Ils ont été frappés avec des bâtons, des tuyaux, surtout en dessous de la taille, dans le bas du dos, sur les fesses, les cuisses, les jambes. On les attache à une chaise sur laquelle on leur envoie des décharges électriques. Ils sont humiliés : on les oblige par exemple à faire la danse du ventre. Les méthodes employées sont terrifiantes et particulièrement cruelles. Nous avons d’abord cru à des cas isolés mais, depuis la mise en place de notre ligne téléphonique d’urgence, nous recevons cinq à sept témoignages par jour. Une cinquantaine d’homosexuels ont pu sortir de prison. Les autres sont toujours détenus dans l’illégalité la plus totale.

Photos provenant de l’article d’Elena Milashina dans Novaïa Gazeta.
S’agit-il, comme on a pu le lire, de « camps de concentration » ? De combien de morts avez-vous connaissance à ce jour ?
Non, ils sont détenus dans cinq prisons secrètes, autrefois utilisées par les troupes russes. Ils n’y sont pas seuls puisque y sont aussi incarcérés des islamistes arrêtés alors qu’ils rejoignaient Daech en Syrie, ainsi que des consommateurs de stupéfiants – car l’usage des drogues est très sévèrement réprimé en Tchétchénie. Le ciblage des hommes homosexuels constitue en réalité une nouvelle vague de répression d’un système brutal et violent : le passage à tabac et l’incarcération dans ces prisons secrètes constituent la peine universelle en Tchétchénie. De nombreuses sources, y compris au ministère de l’Intérieur, nous permettent d’affirmer qu’au moins trois hommes sont morts ces dernières semaines. Un premier en prison et les deux autres ont été tués par leur propre famille après avoir été livrés par la police. L’un des deux a été frappé à mort. Nous enquêtons toujours sur le possible meurtre d’un quatrième homme.
“Ramzan Kadyrov applique ses propres lois en marge de la loi russe.”
Quelle a été la réaction des autorités suite à votre enquête ?
Les autorités fédérales russes, par l’intermédiaire du cabinet de Vladimir Poutine, ont déclaré qu’une enquête devait être ouverte. Des plaintes ont été déposées et nous sommes prêts à livrer aux enquêteurs certaines informations que nous détenons. Le porte-parole du chef de la République de Tchétchénie, Ramzan Kadyrov, a quant à lui assuré qu’il s’agissait de mensonges, tout simplement parce qu’« aucun Tchétchène n’est homosexuel ». Mais il a ajouté que, si c’était le cas, ils devaient être tués.
Vous expliquez qu’il y a eu deux vagues distinctes d’arrestations. Quel a été le déclencheur de ces opérations de répression ?
La première a démarré fin février, après qu’un homme a été interpellé sous l’emprise de stupéfiants. Les policiers tchétchènes fouillent systématiquement les téléphones portables des individus qu’ils appréhendent et ont trouvé dans celui de l’homme arrêté des photos et des vidéos prouvant qu’il faisait partie de la communauté homosexuelle, ainsi que le contact de nombreux membres de cette communauté. La deuxième a eu lieu début mars, à la suite de la proposition d’un activiste LGBT d’organiser une Gay Pride dans plusieurs villes du Caucase du Nord [région dont fait partie la République de Tchétchénie, NDLR]. La réaction populaire a été très agressive, les autorités en ont eu connaissance et ont procédé à une deuxième vague d’arrestations. Depuis la publication de notre enquête, il n’y a a pas eu d’autres incarcérations.
La Tchétchénie est une république constitutive de la Russie et est donc théoriquement régie par la loi russe. La situation des LGBTI en Tchétchénie est-elle plus difficile encore que dans le reste de la Russie ?
Ramzan Kadyrov applique ses propres lois en marge de la loi russe. La Constitution russe protège chaque citoyen, quel que soit ce qui le caractérise à la naissance. L’homosexualité est donc, juridiquement, légale en Russie. En réalité, il est très dangereux d’être gay en Russie, mais l’être en Tchétchénie, c’est d’ores et déjà être en danger de mort.
“Nous faisons face à un fanatisme islamique qui nous fait craindre que ce qui est arrivé à ‘Charlie Hebdo’ nous arrive aussi.”
Vous prolongez le travail d’investigation d’Anna Politkovskaïa en Tchétchénie depuis son assassinat il y a dix ans. Dans quelles conditions exercez-vous votre métier aujourd’hui ?
Sans le soutien de mon journal, je ne pourrais pas travailler en Tchétchénie. Deux de nos journalistes ont déjà été tués là-bas, et nous devons continuer à faire notre devoir d’information. Je travaille sur la Tchétchénie depuis que ma collègue Anna Politkovskaïa a été tuée et je suis presque la seule journaliste à pouvoir récolter des informations sur ce qu’il s’y passe, car les gens ont peur. Nous devons assurer une protection totale de nos sources.
Avez-vous reçu des menaces liées à la publication de cette enquête sur la répression à l’encontre des homosexuels ?
15 000 croyants se sont rassemblés « pour l’honneur de la nation tchétchène », demandant que nous, journalistes, soyons poursuivis [la religion dominante en Tchétchénie est l’islam sunnite, NDLR]. Nous considérons cela comme une menace. Nous faisons face à un fanatisme islamique dans cette région qui nous fait craindre que ce qui est arrivé à Charlie Hebdo nous arrive aussi.
Quelle réponse devrait, selon vous, avoir la communauté internationale face à la situation tchétchène ?
Nous avons été stupéfaits, positivement, de l’écho qu’a eu notre enquête et du soutien apporté par les associations. Nous ne pouvons pas aider directement en tant que journalistes, mais je me réjouis de voir le réseau LGBT russe aussi actif et solidaire. Ce que la Tchétchénie fait avec les homosexuels, elle le fait avec tous les autres aussi. La communauté internationale doit faire pression sur Poutine pour organiser l’évacuation de ces communautés qui ne peuvent vivre librement. Il est trop dangereux pour eux de vivre en Russie. La seule solution, c’est de leur permettre de vivre ailleurs.